Il arrive de temps à autre qu'un boulanger fasse du mauvais pain ou qu'un coiffeur touche aux cheveux de Jean-Louis Borloo. Dans le cas de la poésie, l'inspiration fait parfois défaut. Le Joyeux Rebelle n'échappe pas à la règle et vous avoue manquer cruellement de substance à ciseler en vers. Si quelque idée ou évènement politique vous a marqués et vous semble pouvoir faire l'objet d'un poème ironique ou malicieux, ne manquez pas de m'en faire part via la rubrique "commentaires". Une humble demande et un grand merci en rimes!

A l'aide!

 

Oyez, amis lecteurs, mon appel au secours :

Ma plume est par les Muses laissée sans recours.

Par quel injuste effet mon cerveau hébété

Est-il moins irrigué qu’un désert en été ?

Le malheur est bien là : la faconde et la rime

Semblent fuir mon esprit comme un saint fuit le crime.

Jusque dans quels enfers se morfondra ma main

Si une âme avisée ne lui fraye un chemin ?

Si vous m’abandonniez dans les pièges ardus

D’une prose sans vie, de jeux de mots tordus,

Vous plongeriez mon cœur dans des tourments bien rudes !   

Ecoutez d’un rebelle l’appel éperdu,

Offrez-lui les idées qu’il a soudain perdues !

Vous en récolterez estime et gratitude…

 

 

Si vous désirez poster un commentaire, il vous est nécessaire d'indiquer une adresse e-mail. Celle-ci n'apparaît pas sur le blog.