Depuis quelques semaines, une menace de pandémie grippale hante les cervelles tout en remplissant allègrement les caisses des lobbies pharmaceutiques… Un rebelle, joyeux de surcroît, ne pouvait qu’y voir une curieuse coïncidence avec les contrats juteux des laboratoires de vaccins ! Mais cédons la parole au virus lui-même, il est de mon avis et je ne doute pas de sa sincérité…

    

Plaidoirie d’un honnête virus

   

Depuis la nuit des temps les hommes me connaissent,

Je suis celui qui dicte la fin de l’été ;

Quand le soleil décline et que les pluies ne cessent,

J’effectue mon entrée timide et redoutée.

Je serais vaniteux si j’osais me prétendre

Meilleur ami de l’homme : j’en suis peu aimé ;

Mais d’aucuns aujourd’hui se plaisent à me rendre

Plus nocif que la lèpre ou qu’un ogre affamé.

Oui je suis un virus, qu’on appelle grippal !

Oui je rends chauds les fronts et tenace la toux !

Là s’arrête mon art, moins piquant que le pal…

Je me défends de ceux qui d’un rien font un tout.

La vérité est là : des marchands de potions

M’ont placé en flacons, ont osé des mélanges

Pour m’offrir –disaient-ils– latitude d’action

Sur tous les continents : vive le libre-échange !

Aussitôt envoyé chasser sur tous les fronts

Je constatai soudain que mes commanditaires

D’un seul et même cri, dénonçaient les affronts

Dont j’étais un auteur rien moins qu’involontaire !

Je le jure aujourd’hui, croyez-moi bonnes gens !

Je ne suis point si vil que certains le prétendent,

Et si les négociants n’aimaient pas tant l’argent,

Nul ne crierait ainsi : « Qu’on le tue ! Qu’on le pende ! »

Les soins qu’on vous impose en guise de salut

Sont autant d’écus d’or amassés par les traîtres,

Et l’honnête virus qui bien bas vous salue

Est bien moins assoiffé que le sont ces faux maîtres.

Je regrette parfois d’être si peu mortel ;

Si je pouvais punir les démons de leurs crimes,

Ma bouche vengeresse occirait sans appel

Un ministre pervers au nom de ses victimes…

 

   

Si vous désirez poster un commentaire, il vous est nécessaire d'indiquer une adresse e-mail. Cette-dernière n'apparaît pas sur le blog.